Perspective

La fiabilité de la technique, de même que l’expérience de l’Allemagne dans ce domaine, peuvent profiter à la production et à l’utilisation des biocarburants sur la scène internationale. Parallèlement à l’amélioration des solutions techniques ayant fait leurs preuves dans la production des biocarburants utilisés aujourd’hui, l’avancement de la technique est ciblé sur le développement de nouvelles technologies, faisant entrer en ligne de compte des matières premières biogènes alternative. Ainsi, les entreprises allemandes, en collaboration avec des chercheurs, développent de nouvelles méthodes de production de biocarburants sur la base d’un large éventail de substrats, parmi lesquels on retrouve, en plus du bois et de la paille, des déchets. Jusqu’à présent, différentes méthodes destinées à la fabrication de carburants BtL ont été développées à l’échelle de projets de recherche et de projets pilotes par différents instituts de recherche et entreprises.

Au jour d’aujourd’hui, la fabrication de carburants BtL en est encore à ses balbutiements en Allemagne, en phase de démonstration et loin d’une fabrication à l’échelle industrielle selon les experts. La production BtL consiste à gazéifier la biomasse par traitement thermique pour ensuite purifier et liquéfier les gaz de synthèse produits. Étant donné que les carburants BtL affichent un potentiel de réduction notable des gaz à effet de serre, ils se posent en alternative importante, en plus des biocarburants mis sur le marché, pour atteindre les objectifs de protection climatique du gouvernement fédéral. L’Allemagne prépare par ailleurs activement le développement de méthodes de production du biodiesel à partir d’algues à haute teneur en huile.

En jetant un œil sur le consensus public indispensable au secteur, la production et la mise sur le marché de biocarburants sont conditionnées à l’avenir par un élément : apporter la preuve qu’ils répondent aux exigences définies en termes de durabilité. L’Allemagne s’affiche comme un précurseur dans le cadre de la transposition à l’échelle nationale des critères de durabilité prescrits par la directive de promotion de l’utilisation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables (2009/28/CE) et a d’ores et déjà implanté une structure généralisée destinée au contrôle de la fabrication durable de bioénergie. Dans ce sens, le décret portant sur « les exigences d’une production durable des biocarburants » (Biokraft-NachV) est en vigueur en Allemagne depuis novembre 2009. Les biocarburants, depuis le 1er janvier 2011, sont uniquement pris en considération dans la comptabilisation de la quote-part ou inclus dans la déduction fiscale moyennant la présentation d’une attestation de durabilité contrôlée par un organisme officiel. Ceci permet d’assurer que seuls des biocarburants qui réduisent de manière notable, indépendamment de leur origine, les émissions de gaz à effet de serre sont utilisés, et qu’ils ne sont pas issus de zones protégées telles que par ex. les forêts équatoriales.

Dans l’optique de respecter la directive nationale Biokraft-NachV, des fédérations et organismes du secteur agricole et des biocarburants ont mis sur pied, début 2010, le système de certification REDcert et fondé l’entreprise REDcert GmbH. Le gouvernement a par ailleurs également créé un système de certification à vocation internationale – la certification ISCC (« International Sustainability & Carbon Certification ») – pour encourager l’utilisation de la biomasse dans les biocarburants. Le système a été développé sous l’égide de l’Agence allemande des matières renouvelables (FNR).

Début 2011, un troisième standard destiné à la réduction des gaz à effet de serre par les biocarburants a été instauré par le biais du Roundtable on Sustainable Biofuels (RSB). L’ordonnance relative aux critères de durabilité de l’électricité issue de la biomasse (BioSt-NachV) est, en outre, entrée en vigueur le 24 août 2009 (mise en application au 1er janvier 2011 également). Elle régit les exigences en termes de durabilité pour la biomasse liquide.

Énergie photovoltaïque
Biogaz
Les biocarburants