Conditions cadre

En substituant des matières premières biogènes aux importations de pétrole, il est possible de garantir sur le long terme une sécurité énergétique et une stabilité des prix et de poser les jalons d’un développement économique prospère. Toutefois, les coûts de production des biocarburants, et par conséquent leur compétitivité sur le marché international, sont largement tributaires des fluctuations du prix des matières premières agricoles. Par ailleurs, l’ancrage dans la législation des quotas de mélange nationaux pour les biocarburants soutient l’implantation d’un marché des biocarburants fiable à échelle internationale. Au sein de l’Union européenne, la directive 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil prévoit que la part de l’énergie produite à partir de sources renouvelables dans le secteur des transports doit être égale à au moins 10 % de la consommation finale d’énergie dans ce secteur à l’horizon 2020.

La commercialisation, à l’échelle européenne, de biocarburants dans les transports a également connu un essor fulgurant grâce à la directive 2003/30/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 mai 2003. Cette directive définissait, pour tous les États membres de l’UE, des valeurs de référence sur la base de la teneur énergétique pour les carburants destinés au secteur des transports issus de matières premières biogènes et renouvelables, à savoir de 2 % d’ici au 31 décembre 2005 et de 5,75 % d’ici au 31 décembre 2010. En Allemagne en 2010, 5,8 % de la consommation en carburants était d’ores et déjà couverts par les énergies renouvelables. Les gouvernements du monde entier encouragent par ailleurs la production des biocarburants par l’intermédiaire d’avantages fiscaux ou d’une incitation aux investissements. C’est en particulier en période de hausse des prix du pétrole que les biocarburants connaissent un grand succès dans de nombreux pays.

Énergie photovoltaïque
Biogaz
Les biocarburants